Nancy SEULEN, Dessins & Peintures

Date: 
Jeudi, 18 Février, 2016 - Samedi, 27 Février, 2016
Vernissage: 
Jeudi, 18 Février, 2016 - 18:30 - 21:30

Nancy SEULEN travaille le crayon, le fusain et la peinture à l'huile.

Elle crée une oeuvre intimiste à l'écriture dense et serrée.

Selon l'intension ou l'intensité du regard que l'on y porte, ses paysages et ses intérieurs deviennent abstractions ou/et figurations.

Coins de tables et fenêtres ouvertes sur l'âme prennent corps par l'alchimie du clair-obscur.

Nancy SEULEN poursuit en cela l'oeuvre de grands prédécesseurs tels Jacobs Smits ou Xavier Mellery.

 

Nancy SEULEN est née en 1967, elle a terminé l’Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles, section Peinture, en 1990. Elle enseigne actuellement la peinture pour adultes à la Roseraie à Uccle (Bruxelles) et anime ses propres ateliers de peinture pour adultes et enfants.

Nancy SEULEN expose régulièrement et a montré son travail notamment à la Galerie Twilight Zone (Tournai), la Galerie ABC (Bruxelles), la Galerie Détour (Namur), la Fondation pour l’Art Belge Contemporain (Bruxelles), l’EspaceB (Glabais), et à la Galerie Albert Dumont (Bruxelles). En 2013, elle reçoit le prix Jos Albert, Académie Royale de Belgique.

Ses œuvres se retrouvent dans les collections de la Communauté française de Belgique, au Musée de Louvain-la-Neuve, communes de Watermael-Boitsfort et Schaerbeek.

                                                                                             *******************************

"Il ne s'agit pas de peindre la vie, il s'agit de rendre vivante, la peinture."

Cette phrase de Pierre Bonnard  est inscrite à l'entrée de l’atelier de Nancy Seulen.

Les dernières créations de l'artiste présentées à la Galerie de Jean-Philippe Braam témoignent, peut-être encore plus qu'auparavant, de cette volonté de suggérer-en ne le désignant jamais- les reliquats de la réalité restituée comme dans un rêve éveillé.

Un rêve de silence ; un rêve qui convoque la solitude.

Les grands formats, les compositions de glacis à l'huile et au pastel gras requièrent physiquement une prise de recul dans l'espace pour l'observateur. Une mise en perspective rétinienne indispensable pour capter la -lente- épiphanie des compositions. Exigence de patience, de sérénité, revendiquées par l'artiste.

« Un temps pour l'excellence » dit-elle, soit le sésame dégageant l'être humain des séductions  immédiates ou anecdotiques. « Si le temps passe inexorablement, il vaut la peine de s'y arrêter », ajoute-t’ elle.

Les petits formats, au crayon ou au pastel, sur panneau ou papier, « s'ouvrent » au regard avec plus d'aisance. Travaux aboutis ou esquisses préparatoires en vue d’œuvres de taille plus grande, ils portent en eux, avec pureté et de manière intègre, les termes de la thématique picturale de l'artiste.

Dans l'exposition, Nancy Seulen confirme son thème des « présences absentes ». Quasiment transparents, les espaces sont animés d'une luminescence vibratile.

Exempts d'anecdote, les personnages et objets auraient disparu « corps et biens ».

Le regard est invité à se plonger dans une immobile pénombre à la fois douce et dense.

Quelquefois les contours -entr'aperçus- d'une fenêtre étroite ou le reflet incertain d'un miroir campent allusivement un rappel à la réalité.

A travers tout, il se dégage un climat de mélancolie étrange, faite paradoxalement de frémissements et aussi de calme.

Un univers fait d'arrêts sur images mystérieuses.

Dans cette quasi-nuit, l'artiste donne le jour à un monde assurément troublant, tout habité de vies silencieuses ou chuchotantes.

 

Michel VAN LIERDE